République du Mali : l’armée française désavouée, humiliée et débusquée par le peuple

0

Le vaillant Peuple de Guinée ne cessera de remercier les Présidents qui se sont succédé à la tête de notre pays. Malgré tout ce qu’on peut leur admonester parfois, ils n’ont jamais foulé au sol notre souveraineté chèrement acquise le 2 Octobre 1958.

SIMER GUINEA GROUP

De Sékou au Professeur Alpha Condé, en passant par le Général Lansana Conté, le Général Sékouba Konaté et le capitaine Moussa Dadis Camara, aucun de nos Chefs d’État n’a échangé l’indépendance de notre pays contre quelque chose .

En effet, ce qui passe actuellement au Mali, en Centrafrique et dans certains pays africains, devrait interpeller les africains et les amener à réaliser que la présence française en Afrique est une menace continue et soutenue pour la survie du berceau de l’humanité.

En plus du fait que les attaques perpétrées contre les pays suscités par des djihadistes mettent à nu la politique française en Afrique, c’est aussi l’une des preuves palpables et irrécusables que le Président Ahmed Sékou Touré a eu raison de demander l’indépendance complète à la France en 1958.

Par contre, les pays dont les Présidents ont trahi leurs pairs à l’époque en nouant des accords monétaires et militaires avec l’Hexagone, cette puissance esclavagiste, en lieu et place de l’indépendance intégrale comme convenu lors de la conférence de Bamako en 1946, regrettent tous actuellement d’avoir gardé la France dans leur sillage.

La véritable difficulté aujourd’hui pour ces pays, c’est comment se débarrasser du Pays du Charles De Gaulle sans attirer sur eux les foudres des autorités françaises qui sont prêtes à tout quand il s’agit de défendre leurs intérêts égoïstes en Afrique ?

C’est à cette question que sont confrontés les dirigeants de ces pays de nos jours. D’un côté, il y a une forte pression des populations qui veulent une rupture totale et sincère avec cette puissance esclavagiste, de l’autre, il y a des politiques français qui menacent les dirigeants de ces pays,si jamais ils tentaient de se défaire de cette colonisation masquée. Les Chefs d’État de ces pays sont dans ce dilemme. Que faire ?

En tout cas, les peuples maliens et centrafricains ont déjà allumé la flamme de la rupture d’avec le pays du Général Charles De Gaulle, en mettant l’armée française à la porte. Les autorités de ces pays doivent passer par tous les moyens afin de consolider cet acquis. Elles ont tout intérêt à ne plus revenir en arrière au risque de se faire ridiculiser par la France.

Bref, comme le dirait l’autre ‘’le vin est déjà tiré dans ces deux pays ; il faut le boire’’ .

L’Afrique aux africains, voilà ce que demandent les peuples africains à leurs gouvernants.

Sayon Mara, Juriste

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici