« Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un Peuple, car un Peuple sans histoire est un Peuple sans âme », Alain Foca.

1

À la mort du père de l’indépendance de notre pays, le Camarade Ahmed Sékou Touré, la République de Guinée avait au moins deux Boeings, des Cargos et plus de 300 unités-industrielles dont entre autres :
-l’Imprimerie Patrice Lumumba pour la production des cahiers :
Tous les cahiers que les élèves utilisaient étaient fabriqués chez nous ici ;
-l’usine d’outillages agricoles de Mamou :
Spécialisée dans la fabrication des charrues, des pioches, haches, coupe-coupe etc…) ;
-l’usine de conserverie de Mamou : pour les confitures) ;
-l’usine de jus de fruits de Kankan : pour les jus d’ananas, d’orange et autres) ;
-l’usine de sucrerie de Koba ;
-la Briquerie de Kankan ;
-la Scierie de N’Zérékoré : pour les meubles, contre-plaqués et autres ;
-l’usine de thé de Macenta ;
-l’usine de quinine de Sérédou ;
-la Scierie de Nianda à Kissidougou ;
-l’usine de parfums de Labé ;
-l’usine de meubles de Sonfonia (Conakry) ;
-l’usine militaire du camp Alpha Yaya ;
-la briqueterie de Kobaya ;
-l’Huilerie de Dabola ;
-l’usine textile de Sanoya ;
-la Société guinéenne des plastiques (SOGUIPLAST) ;
-l’usine de Gari de Faranah ;
-la Société guinéenne de rechapage des pneus ;
-la Société guinéenne de fabrique ‘’SOGUIFAB’’ : pour les tôles, les ustensiles de cuisine ;
-l’Entreprise nationale des Tabacs et allumettes ‘’ENTA’’ : pour les allumettes étaient fabriquées en Guinée ;
-l’usine d’Acétylène de Matoto : pour la fabrication des ustensiles de ménage).
Ces usines employaient des milliers de guinéens et leur permettaient de subvenir aux besoins de leurs familles.
Aussi, à part l’aéroport de Conakry, les aéroports de Boké, de Sambayilo (Koundara), de Labé, Siguiri, Kankan, Faranah, Kissidougou, Macenta, N’Zérékoré, étaient régulièrement desservis par des avions guinéens, tous pilotés par des nationaux.

SIMER GUINEA GROUP

A préciser de passage que ce sont ces mêmes avions qui assuraient le transport des étudiants guinéens, à l’aller comme au retour, partout où ils étaient à travers le monde.

Les lignes de train Conakry-Fria, Conakry-Kankan-Niger (662 kilomètres), OBK (aujourd’hui CBK) ont été préservées par le régime du Camarade AST.

Tristement, à sa mort, tous ces biens étatiques ont été bazardés, vendus à vil prix aux particuliers qui, malheureusement, n’ont pas pu les entretenir.

Les éternels ennemis de notre pays qui vous disent que le Camarade AST était le diable en personne, vous ont-ils dit cette vérité une fois, que l’homme de 58 avait laissé tout cet héritage que je viens de citer là ?

Ils ne vous le diront jamais. C’est cela, malheureusement, le paradoxe de notre Pays.
Paix à l’âme de ce digne fils du continent qui marqua, de façon positive son temps. Et que la terre de Guinée qu’il a servie avec patriotisme et dévouement lui soit légère à jamais. Amine !

Certes, il nous a quittés physiquement, mais son idéologie et son patriotisme restent vivants. La révolution se réveille à petit pas à travers des jeunes comme lui-même l’a mentionné dans sa prophétie.

Sayon MARA, Juriste

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici