Examens nationaux 2021: le pari risqué de Banoh Barry ?

0

Détecteurs de métaux, enrôlement biométriques des candidats, double délégués dans les centres de composition etc; se sont entre autres les mesures annoncées par le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de ‘L’ Alphabétisation le professeur Alpha Amadou Bano Barry afin d’assurer la transparence et l’exclusion de toutes formes de tricheries dans les examens de fin d’année scolaire 2021.
S’il ne fait aucun doute que ces dispositions soient salutaires.

SIMER GUINEA GROUP

Nul ne peut prédire de leur efficacité certaine sur le terrain. D’autant plus que la rigueur est vue comme une méchanceté chez bons nombres de Guinéens. Ainsi au lieu que cela soit une raison de plus pour les apprenants de s’adonner davantage pour avoir de bons résultats ; on risque de voir un tout autre effet notamment la panique voire le traumatisme chez les élèves qui avec une forte pression résultant des nouvelles mesures auront plus la peur aux ventres d’entamer les épreuves que de posséder un bon état d’esprit pour travailler. Cette réalité n’est pas à banaliser car les bonnes conditions psychologiques d’un enfant demeurent des facteurs déterminants dans sa réussite ou son échec à un test intellectuel.

Mieux, Bano en procédant de cette façon, s’attaque indirectement à des intérêts d’une bande de mafia organisée ; en effet ça fait de longues années que les examens nationaux constituent un fond de commerce juteux pour certains acteurs du système éducatif ; notamment des responsables de DPE, DCE , enseignants et surtout fondateurs d’écoles privées. Ces derniers qui n’hésitent pas à injecter des millions pour corrompre des délégués, des surveillants, et des correcteurs dans le but de s’arroger les meilleurs pourcentages de réussite ; gage d’une inscription en masse en prélude à la prochaine rentrée des classes . Donc c’est toute cette armadas que Bano Barry a décidé de braquer contre lui ; chose qui n’est pas aisée ; quand on sait que parmi eux il ya des faucons qui useront de tous leurs poids et puissances pour faire capoter les plans du ministre. Faire partir Bano Barry par des actions de sabotage aux examens nationaux n’ effraient nullement ces crocodiles. Alors, il appartient à M. Barry de se prémunir d’une telle éventualité. Mais comment ? La question reste posée.

Par ailleurs, prétendre régler le problème de l’école guinéenne en assainissant uniquement les examens scolaires. C’est se foutre le doigt dans l’œil. L’idée est trop réducteur. Notre système mérite bien plus, c’est à dire des réformes en profondeur. Au Bloc LIBÉRAL nous estimons qu’il est urgent de Revoir le recrutement et la qualification des formateurs, améliorer les programmes d’enseignement du primaire au secondaire, garantir un meilleur traitement des enseignants et accroître les capacités d’accueil des infrastructures avec beaucoup plus de commodité. Cela passe nécessairement par une hausse du budget de l’éducation à plus de 20% du budget national.

Enfin, un enseignant qualifié et bien traité avec des élèves mieux formés sont moins portés vers la tricherie puis seront indispensables à la nation.

Ibrahima M’Bemba Bah Directeur chargé de la communication et de la visibilité du Bloc LIBÉRAL.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici